un an (2)

Les faucons d’ici déménagent deux fois par année. Routine dans le changement. Le changement superficiel encouragé dans notre société me semble campé dans une horrible routine (orwellienne?). Me suis-je laissé balotter par les évènements durant la dernière année ou es-je fait plus que me satisfaire du temps qui passait? Toujours les remords et les regrets…



Un peu plus d’un an!

Je trépignais d’impatience de partir… Le mâle faucon émerillon vient de servir encore la femelle juste en avant; faut croire qu’ils entretiennent comme les Fous de Bassan. Un année, comme c’est imprévisible!



La culture de l’avec

Dans les pires conditions, ce n’est que dans l’attente que le grain germe, que les nouveaux bourgeons émergent; les spores sont d’une résistance! Les soins de croissance requièrent beaucoup de constance et de constat. Faire avec.



Faire avec

L’on s’acomode bien de ce qui nous plait; pour le reste, tout dépend de ce que l’on perçoit comme inéluctable. La résilience, c’est faire avec.



Un nouveau son

Non, je ne parle pas du dernier de karkwa, Le volume du vent, car c’est la suite logique du précédent; en meilleur! Je voulais juste souligner que les feuilles sont maintenant assez grandes dans certains arbres pour chanter dans le vent et comme toutes les années la première fois est pur ravissement!



En haut

Texte fragile; garder aux doits;

Donc, forêts, où tous sens éveillés,

La plus belle pièce est jouée;

Scène subtile que ce bois!



Îlots climax

Le sud de la forêt laurentiene n’est certes plus ce qu’il était avant que tous ses pins blancs aient été réquisitionnés pour que la flotte anglaise domine les océans. Bien sûr des individus centenaires de bien d’autres espèces y ont passé pour d’autres profits. Rares sont devenus ces petits paradis avec l’avènement des nouvelles machines et aussi, avec le décès de propriétaires gardiens de ces trésors, dès lors cédés en pâture. J’en cultive un tout petit bout, réchappé. Des érables, merisiers et prûches de plus de 30 pouces de diamètre. Oui, ils peuvent devenir plus gros et il y en a quelques-uns. Chaque fois, qu’un de ceux-là tombe, c’est la catastrophe pour ceux dans la trajectoire plus bas. Un trou de percé dans la voute de la cathédrale; un îlot de canopée chez le diable sous les cris d’un Tangara.



En bas…

…les plates-bandes sont pas mal prêtes. Le velours de l’ouverture des bourgeons des feuilles joue jaune brun de vert. En haut, il restera plus de rosés des floraux. Quelques jours de ménage et de pêche là-bas, en forêt…



Granby, il y a 40 ans

Un de mes oncles Jacques, Pierre ou Jean. Les fils de Catin et Louis qui avaient tous ces camions, pas loin du pont et de la MacDonall. Mes parents me laissent l’accompagner pou un transfert. Nous reculons sous les studios du canal 10. L’immense tigre qu’Oncle Pierre avait à Capitaine Bonhomme cette semaine est en cage. Des hommes glissent le tout dans la boite fermée du petit poutpout. Nous roulons dans la noirceur et il neige de plus en plus. La route est glissante et le tigre, nerveux se promène; déstabilisant le camion. Nous avons un hublot oblong et une lumière peut-être allumée, mais cela provoque plus de déplacements où le camion tangue. Tout est blanc au Zoo, en quittant je m’endors…



Boomer derrière les barreaux!

La nuit dernière, les policiers l’ont trouvé dans un fossé. Ils l’ont embarqué sans résistance.

En cellule, il se lamentait; ils lui ont donné à boire. Il s’est calmé, après bien des heures sur la go…

Plus tard, attaché, ils jouaient avec lui et le tout roulât aux bulletins de nouvelles.

Ce matin, il a été transféré en cage, les charcoals n’étaient pas à sa grandeur, faut croire!

Finira ses jours derrière les barreaux, rêvant avant de s’endormir d’un autre Maniwaki.

Fin



12

voyage à québec |
Une Delho chez les kangouro... |
Chris 974 Voyages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hey mon ami ! T'aimes ça ma...
| La Tchichoune en vadrouille...
| Loic et Julie